La Fête du Pain 2016 – du pain, du rire, de l’engouement

Les 10 et 11 septembre, c’était la fête à la Seigneurie des Aulnais, une quatrième édition pour la Fête du pain. Cette année à l’initiative du nouveau président de l’ABAQC, Charles Létang, l’association a mis en place toute une équipe pour animer la tente des boulangers artisans, faire des démonstrations, donner des ateliers, diriger des conférences et animer une soirée bénéfice pour la Seigneurie.

Il fallait être là pour expérimenter de premières mains toute l’ampleur de ce que veut dire « de la terre à la table » pour Charles Létang, qui a quitté Montréal et Mamie Clafoutis, pour reprendre la boulangerie de la Seigneurie à St-Roch-des-Aulnaies depuis juin dernier, qui passera sous sa bannière, la boulangerie du pain… c’est tout!, en janvier 2017.

Pour lui, les grands principes derrière la boulangerie artisanale sont, entre autres, de faire un maximum à la main et de privilégier des produits sains du terroir. En travaillant et vivant sur place, il est heureux en plus de réduire à un minimum la distance voyagée par les matières premières avant d’être transformées, puisque la Seigneurie possède son moulin, en fonction depuis 300 ans, et que le grain biologique qui y est moulu est produit par des agriculteurs de la région.

C’est vrai pour lui comme pour Laurent Gaudré, compagnon du Devoir travaillant chez Première Moisson, qui fût le seul et le premier boulanger de l’ABAQC présent dès la première édition, jusqu’à l’an dernier, alors qu’il invite Charles à y participer.

affiche-tente-abaqc-72

Les deux sont convaincus que ce tournant « de la terre à la table », n’est pas juste une mode, mais une nécessité pour passer à une alimentation consciente et respectueuse de la santé des gens, comme de la terre.

Et le plus beau dans ce tournant de la boulangerie artisanale, c’est que ce pain, qui a évolué du pain survie en pain industriel, du pain plaisir en pain alicament, et maintenant en pain responsable, créé de plus en plus de liens. Du lien, qui a pris l’allure d’une conversation joviale et animée cette fin de semaine entre boulangers, meuniers, agriculteurs et consommateurs.

L’équipe de l’ABAQC avait comme responsabilité principale de cuire du pain dans deux fours à bois, au plaisir de tous et chacune qui passaient devant la tente. Les curieux et fans finis de pain présents ont pu observer en détail le défi de maintenir un feu dans un four à bois, une expérience qui fût aussi vraie pour certains des boulangers qui n’avaient jamais eu cette occasion; la mise en forme; la cuisson des pains; et surtout de pouvoir déguster ces couronnes, miches, pains fumés ou au curcuma et lin, petits pains au lait, pizzas, encore tout chauds.

C’était une occasion spéciale puisque certains de ces pains réalisés par l’équipe des boulangers, qui ont travaillé ensemble tout au long de la journée, de même que tard le samedi soir avant de se revenir à cinq heures le dimanche matin, ont dû traverser multiples discussions entre artisans forts de leur expertise. Tout ça afin d’alimenter la production des deux fours à bois et la vente de toutes ces délices.

Tout à côté, deux tentes ont accueilli les amateurs de boulange qui ont pu s’essayer à de la viennoiserie du terroir, du pain à la bière, de la fougasse, des madeleines et des sablées, de la brioche, du pain scandinave. Quoi de plus que d’avoir les mains dans la pâte, d’être dehors dans un lieu ancestral, entouré d’arbres et de jardins, d’être tout enfariné pour avoir les yeux bridés de rire.

Les conférences ont aussi attiré leur lot d’intéressés, qui voulait en connaitre plus sur le gluten, la pratique de la meunerie artisanale, l’histoire millénaire du pain, ou les enjeux d’un système alimentaire de la terre à la table.

On peut dire de cette édition de la Fête du pain, que la table a été mise, et bien mise, pour que tous ceux et celles qui voulaient célébrer le pain « de la terre à la table » se régalent. Tout l’essentiel y était: les saveurs du terroir, la qualité des artisans, la beauté du lieu, la générosité des bénévoles et l’enthousiasme des visiteurs.

Il ne reste plus qu’à vous dire : À l’année prochaine!

* * *

Merci à l’équipe de la Fête du Pain, à la Seigneurie des Aulanies, à Éric Dufresne président du CA et Dominique Garon directrice-générale, à tous les bénévoles sur le site et aux habitants de St-Roch-des-Aulnaies pour leur engouement pour la boulangerie artisanale, qui ont fait de cette célébration un succès.

Merci à l’équipe de l’ABAQC : Charles Létang et Émilie Vallière de la boulangerie Du pain… c’est tout; Laurent Gaudré, compagnon du Devoir et de Première Moisson; Caroline Rolland de Première Moisson au Marché Jean-Talon;  la famille Racco, Julien de Première Moisson et son père Pierre, boulanger à la retrait qui a été infatiguable à la cuisson; Daniel Des Rosiers, de la boulangerie Des Rosiers; Mattiheu Chartier de la boulangerie La Grigne; Marc-André Cyr de Baker On The Go; Marie-Ève Jetté, apprentie boulangère faisant partie du programme de compagnnonage « made in Québec »; Dominique Gauvrit, boulanger et trésorier de l’ABAQC; Antonello Devirese, professeur en boulangerie à l’École Hôtelière Calixa-Lavallée; Pascal de Lorimier, boulanger amateur, actif supporteur de l’ABAQC.

Merci aux boulangers qui se sont ajoutés pour offrir des ateliers : Cédric Marty du café-boulangerie Paillard et membre de l’ABAQC; Émilie Laporte de Mamie Clafoutis, aussi membre de l’ABAQC; Olivier Duplessis de Pâtisseries et Gourmandises d’Olivier; Anthony Le Clost de la Boulangerie Sibuet; Marie Anne Rainville de Bis la boulange.

Et un dernier merci aux boulangers et boulangeries membres de l’ABAQC qui sont venus nous soutenir sur place : Guy Bonraisin, boulangeire Le Petit Breton; Les Pères Natures; Marc Simonet professeur en boulangerie à Centre profesionnel Jean-Jacques Rousseau; Florent Faure et Élisabeth Perreault de MariePain; Jérôme Laplante de St-Méthode;

* * *

photos et texte © Marie Cornellier

 

Advertisements